Germania Sacra : l’Eglise et ses institutions sous le Saint Empire

136

© Akademie der Wissenschaften zu Göttingen

Bien connu des médiévistes travaillant sur l’Eglise et les institutions ecclésiastiques, le projet de longue durée “Germania Sacra”, établi et financé aujourd’hui auprès de l’Académie des sciences de Göttingen, continue plus que jamais d’établir le recensement de toutes les sources attestées pour chaque établissement ecclésiastique, tant régulier que séculier, des territoires du Saint-Empire, depuis les premières fondations des diocèses en Germanie aux IIIe-IVe siècles jusqu’à la sécularisation du début du XIXe siècle.

C’est le médiéviste Paul Fridolin Kehr (1860–1944) qui fonda en 1917, auprès de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft pour l’histoire allemande, le projet dit de la “Germanie sacrée”, chargé alors d’établir aussi un lien avec les entreprises conduites à Rome dans les archives du vatican (Germania Pontificia, Repertorium Germanicum). En 1956, le projet de recherche fut installé dans les murs du tout nouvel institut Max-Planck d’histoire fondé à Göttingen. A la fermeture de ce dernier, le 31 décembre 2007, c’est l’union des académies des sciences en Allemagne qui abrita le projet et le confia, en 2008, à l’académie de Göttingen. La Germania Sacra est aujourd’hui conduite par Hedwig Röckelein, par ailleurs professeure d’histoire médiévale à l’université de Göttingen.

Depuis les débuts de l’entreprise en 1917, l’essentiel du travail consiste à publier, diocèse par diocèse, des répertoires recensant les églises, chapitres, couvents, monastères et paroisses relevant de chaque partie des provinces ecclésiastiques des anciens territoires du Saint-Empire, suivant un cadre d’exposition qui comprend les sources, la bibliographie, les monuments, les archives, la vie religieuse, les possessions et le personnel de chaque établissement. Chaque volume est confié à des rédacteurs volontaires. L’ensemble de cette documentation est ensuite classée, relue et publiée par l’institution centrale de Göttingen. Des monographies issues de nouveaux travaux de la recherche (la plupart du temps thèses et habilitations) ainsi que des actes de colloque (notamment ceux du colloque annuel organisé par la Germania Sacra elle-même) s’ajoutent à la liste des volumes systématiques édités depuis 1917 et désormais au nombre de plus de 70 (avec une couverture maintenant quasi complète pour les diocèses de Trèves, Münster et Wurtzbourg tandis que la plupart des provinces relevant des frontières de l’actuelle République fédérale sont en voie d’achèvement).

Un très grand nombre de ces volumes sont désormais accessibles en ligne, tandis qu’une base de données (Digitales Personenregister) rassemblant déjà 31.00 des noms recensés dans les divers répertoires et index des établissements catalogués est interrogeable en mode nom ou en mode texte, une base que vient désormais doubler le répertoire, également accessible en ligne, des couvents et chapitres déjà publiés (Klosterdatenbank, avec bibliographie également en open access).

http://www.germania-sacra.de/

 


Pierre Monnet

Pierre Monnet est directeur d'études à l'Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris) et directeur de l'Institut Français d'Histoire en Allemagne (Francfort-sur-le-Main)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *