1214 et 1414 en 2014

En cette année 2014 riche en commémorations, l’IFHA de Francfort-sur-le-Main ne célèbre pas seulement le Centenaire de la déclaration de la Première Guerre mondiale mais entend également, avec ses partenaires scientifiques allemands, faire mémoire à plusieurs siècles de distance d’autres événements propres à marquer des tournants ou des inflexions franco-allemands dans une histoire européenne. La mort de Charlemagne en 814 est de cette nature, de même que l’ouverture en 1814 du congrès de Vienne qui clôt l’épisode révolutionnaire et napoléonien et installe une Europe des nations dont le frottement, les frustrations, les ambitions aboutissent en grande partie au cataclysme de 1914.

Mais d’autres dates viennent se rappeler cette fois aux médiévistes. En 1214, année de naissance du futur Saint Louis, s’affrontent en effet sur le champ de bataille de Bouvines des rois et des royaumes, et principalement Philippe Auguste d’un côté et Otton IV du Saint-Empire de l’autre. Au-delà du maître-livre de Georges Duby, il a semblé opportun de se saisir de la date anniversaire pour faire le point, entre médiévistes français et allemands, sur l’état des connaissances, les nouvelles pistes de recherche, mais aussi la mémoire, tant médiévale que contemporaine, d’un affrontement qui a modifié les équilibres entre les trois grands morceaux français, anglais et germanique de l’Occident du temps. Une journée scientifique franco-allemande organisée par et à l’IFHA de Francfort (Pierre Monnet), avec l’Institut Historique Allemand de Paris (Rolf Grosse) et les universités de Münster (Martin Kintzinger) et de Zurich (Claudia Zey) se penchera sur ces dimensions, selon le programme suivant :

1214-2014 : Bouvines, histoire et mémoire d’une bataille.

Approches et comparaisons franco-allemandes

 Vendredi 21 novembre 2014

 Pierre Monnet : Introduction

Modérateurs et discutants : Martin Kintzinger (université de Münster), Rolf Grosse (DHI Paris), Claudia Zey (université de Zurich)

 Une bataille

Xavier Hélary (Uni. Paris IV Sorbonne) : « Servir, régner : aspects politiques de la bataille de Bouvines dans le royaume de Philippe Auguste »

Dominique Barthélemy (Uni. Paris IV Sorbonne) : « Une bataille sans héros et sans gloire : de la nudité et de la cruauté de la guerre au Moyen Age ».

 Un contexte

Elisabeth Lalou (Uni. Rouen) : « 1214-1314 : le ‘moment’ capétien »

Thomas Foerster (Det Norske Institut Rome) : « Eine Schlacht in ihrer europäischen Dimension“

 Une signification

Hermann Kamp (Uni. Paderborn) « Vom militärischen Sieg zum politischen Erfolg : Bouvines zwischen Verhandlungen und Ritualen“

Malte Prietzel (Uni. Paderborn) : « Bouvines und die mittelalterliche Kriegsführung im 13. Jahrhundert »

 Une mémoire

Jean-Marie Moeglin (Uni. Paris IV Sorbonne) : « La mémoire de Bouvines 1214-2014 : un enjeu franco-allemand ? ».

Le hasard des dates, autant que la séduction commémorative qui semble se saisir toujours davantage de la discipline et du métier des historiens, mettent en exergue un autre événement de dimension européenne dont la composante “franco-allemande”, entendons à l’époque l’action du royaume de France d’un côté et du Saint-Empire romain de l’autre, est significative et déterminante : la réunion à Constance en 1414 d’un concile chargé de mettre fin à la crise et au schisme qui avaient “déchiré la robe sans couture du Christ”, c’est-à-dire la querelle d’obédiences entre deux puis trois papes. L’épisode n’est pas seulement central dans l’histoire de l’Eglise ou des royaumes, mais a affecté toute la vie politique, diplomatique, intellectuelle et spirituelle de l’Europe du temps, et a donné naissance au-delà à des courants et des méthodes de recherche de longue durée et de grande spécificité notamment entre les historiographies française et allemande. Pour en juger, des médiévistes allemands et français se réuniront pendant une journée à Francfort à l’initiative de l’IFHA (Pierre Monnet) et de l’université Goethe (Heribert Müller), selon le programme suivant :

1414-2014 : Le concile de Constance. Nouvelles approches, nouvelles méthodes.

Un regard franco-allemand

 Vendredi 7 novembre 2014

Heribert Müller : Introduction

Thomas Martin Buck (Universität Freiburg) : « Mythos Richental? Ein multipler Text und seine Überlieferung »

Michel Decaluwé (Universität Freiburg) : « Das Konstanzer Konzil als intensivierter Handlungsraum : Möglichkeiten des Vergleichs mit anderen politischen Versammlungen ».

Johannes Helmrath (Humboldt-Universität Berlin) : « Konstanz, Basel, Hussiten und Redeschlachten ».

Hélène Millet (CNRS, Paris) : « Les conciles de Pise et Constance à l’image du Rhin. La pensée de Pierre d’Ailly sur la résolution du schisme ».

Malte Prietzel (Universität Paderborn) : « Les sermons au concile de Constance et leur rôle pour l’assemblée ».

Sebastian Provvidente (COICET, Argentine) : « La causa Hus entre plusieurs traditions académiques : conciliarisme, studia hussitica et procès du Moyen Age tardif »

Emilie Rosenblieh (université de Franche-Comté) : « Le pouvoir de dissoudre l’assemblée conciliaire (1417-1449). Remarques sur les sources et l’historiographie ».

Conclusions : Pierre Monnet

Pour plus de détails et d’informations sur ces deux manifestations, consulter le site de l’IFHA : http://www.ifha.fr/

 

 

 

 


Pierre Monnet

Pierre Monnet est directeur d'études à l'Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris) et directeur de l'Institut Français d'Histoire en Allemagne (Francfort-sur-le-Main)

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *